Le croisement d’amélioration (CA)

Afin d’augmenter la diversité génétique dans les races où elle manque cruellement, Alliance Française Canine recommande le croisement. La diversité génétique a été réduite par le triomphe d’un nombre de champions restreint sur-utilisés par les éleveurs. Dans ce contexte, des couleurs, des particularités, des caractères et des compétences d’utilité ont malheureusement disparues. L’apport de gènes nouveaux pour augmenter la diversité dans les races, nous parait indispensable. Dans ce cas, le croisement peut permettre de progresser sur les caractères que l’on recherche : réunir les aptitudes complémentaires pour chaque race.

AFC, préconise d’utiliser « le croisement d’amélioration ». Un éleveur souhaite bénéficier dans une race, de l’apport d’une race extérieure pour augmenter la variabilité génétique ou d’un caractère recherché. Sans aller jusqu’au remplacement de la race originelle. Dans ce cas, on effectue par croisement d’amélioration, un apport temporaire de gènes de la race extérieure. La principale difficulté consiste à définir clairement ses objectifs et à s’y tenir, faute de quoi ce croisement peut se transformer en création d’une nouvelle race.

Elle sera encadrée par des programmes transparents et menés en accord avec les clubs de race et les éleveurs qui le souhaiterons. Après tout, la quasi-totalité de nos races actuelles ont été créées par nos aïeux grâce à des croisements de races proches…

 Extrait de l’article de Mathieu Mauries « Plaidoirie pour une sélection raisonnée »

A travers les croisements que j’ai testés sur ma ferme, mon travail de recherche a démontré que le Montagne des Pyrénées pourrait être utilisé pour revitaliser le Kangal dont le pool génétique est réduit en France. De même le Kangal pourrait être lui utilisé pour revitaliser le Dogue du Tibet dont le pool génétique est encore plus réduit. L’utilisation du Montagne des Pyrénées et du Kangal sur le Mâtin Espagnol moderne donne des chiens très proches du type ancien du Mâtin, avec les mêmes qualités de travail. Tous les croisements que j’ai testés ont été réalisés entre races de chiens de protection, et c’est logique, de façon à renforcer les aptitudes des uns et des autres. En aucun cas je n’ai cherché à créer une nouvelle race. Au contraire j’ai cherché à remettre de la variabilité génétique dans des populations à la dérive afin de les consolider.

Règlement complet de l’inscription au Registre du Croisement d’Amélioration

Le Registre du Croisement d’Amélioration est une section annexe du Registre Principal réservé à l’inscription de la descendance de chiens aux origines connues (ROC).

Sont inscriptibles au registre CA :

  • Les chiens issus de l’union de deux races différentes dans le cadre d’un programme d’élevage préalablement approuvé par AFC. (Nouvelle couleur, diversité du pool génétique)
  • Ce chien a un numéro de pedigree se terminant par « CA GX» :  Croisement d’amélioration : Exemple : croisement de Russkiy Toy et Terrier de Prague

Numérotation : ROC RUS/PRA1 CA G1 (G1 correspond au nombre de générations)

Le déposant de la demande d’approbation de programme d’élevage s’engage à ce qu’aucun des reproducteurs ne soit atteint d’une maladie dépistable dans les races utilisées et à ne pas marier deux chiens porteurs d’une maladie. La traçabilité des générations est assurée par des tests de filiation qui sont obligatoires.

  1. Programme dans le cadre d’une diversité pour la race ou d’une nouvelle couleur/variété :

Les portées sont inscrites au registre CA dans la race définie dans le programme avec précision du numéro de génération.

Tout reproducteur inscrit en quatrième génération (CA G4) devra être reconnu conforme par une expertise d’AFC lors d’un examen de conformité pour que ses chiots intègrent le Livre Principal.